4 clés pour mieux comprendre le tour de France

Le tour de France est le troisième évènement sportif mondial le plus regardé en France. Si cet évènement connait un tel engouement, ce n’est pas uniquement à cause des beaux paysages à admirer. Les différents enjeux autour de cette course attirent les spectateurs et téléspectateurs. Mais tous n’ont pas une totale compréhension des règles du tour. Voici cinq clés pour vous aider à en apprendre plus sur les règles du tour de France.

Les différents types de coureurs

Le profil du coureur dépend en grande partie de ses qualités physiques, qualités qu’il peut ensuite améliorer. Sur une course, il y a un sprinteur qui coche les étapes dites de plaine, avec peu de pentes dans l’objectif d’une arrivée massive au sprint. Un grimpeur qui repère les journées en montagne et riche en dénivelés positifs. Il est rare de voir un cycliste de grand gabarit briller en montagne, car cette étape correspond plus aux coureurs de petits gabarits.

Vous pouvez aussi trouver sur la course un rouleur qui vise les épreuves contre-la-montre ou les étapes longues et légèrement vallonnées. Le puncheur quant à lui a une bonne pointe de vitesse et recherche des parcours accidentés où il pourra placer une accélération dévastatrice. Pour finir, le baroudeur s’illustre par ses multiples attaques pour se positionner dans les échappées. Si vous êtes intéressé par l’histoire du tour, cliquez ici pour découvrir les origines du tour de France.

Pourquoi les maillots des coureurs d’une même équipe sont-ils différents ?

En plus des victoires d’étapes, les participants du tour de France chassent de maillots distincts. Le maillot jaune par exemple est destiné au leader du classement général individuel ; il s’agit du cycliste qui a passé le moins d’heures sur le vélo depuis le départ. Le vert récompense le coureur qui domine le classement général en termes de points. Ces points sont attribués à chaque arrivée et au cours des sprints intermédiaires.

Le maillot blanc à pois rouges correspond au cycliste qui a engrangé le plus de points au sommet des cols, cotes et arrivées en altitude. Le maillot blanc simple récompense les talents précoces. Il s’agit du coureur de 25 ans au plus le mieux positionné au classement général. Par ailleurs, tous les maillots nationaux aux couleurs du pays du coureur sacré champion national sont présents sur la course. Il en est de même pour le maillot arc-en-ciel qui distingue le champignon du monde en titre.

Pourquoi les meneurs d’équipe sont-ils protégés ?

Lorsque le tour commence, toutes les équipes s’affrontent pour être en tête de peloton. Les risques de chutes et de blessures sont donc réels. Il est important dans ce cas que les meneurs d’équipes soient protégés par leurs équipiers. Ces derniers sont chargés de repousser quiconque s’approche d’eux.

Mais plus les équipes se repoussent les unes les autres, plus le risque de chute dans le peloton augmente. Pour être tranquille, il faut donc être en tête du peloton et tout le monde se bat pour être à cette place. Tout ceci rend les débuts de course intéressants et passionnants.

Les échappées et les victoires d’étape

En dehors du maillot jaune au classement général, une victoire d’étape individuelle est toujours un évènement spécial. Les plus petites équipes visent en général une ou deux victoires d’étape juste pour monter sur le podium. Les échappées sont un bon moyen de remporter une victoire d’étape.

Très vite lors d’une étape, vous verrez un petit groupe de coureurs qui tente une échappée. Ce sont souvent des coureurs de niveau inférieur qui n’ont rien à perdre et ils sont en général repris par le peloton qui utilise son énergie beaucoup plus efficacement.

Laisser un commentaire